Skip to main content
© Alba Rupérez / © Megane Mercury / DR
9 février 2024

Grenade, la fabrique -discrète- de DJs espagnols

par Léa Crétal

Lorsqu’il s’agit de scène électronique espagnole, ‘Barcelone’ se lit sur toutes les lèvres. Avec son mythique Sonar Festival et ses clubs réputés, la capitale catalane s’est imposée comme épicentre de la culture club en Espagne. Mais à 800 km au Sud, sans crier gare, de nombreux DJs et producteurs espagnols ont émergé depuis une ville peuplée d’irréductibles sudistes : Grenade. On vous raconte.

grenade

© Wikipedia Commons

Grenade, c’est l’El Dorado d’Andalousie. De jour, chaque coin de rue dévoile une vue imprenable sur le palais de l’Alhambra, le flamenco résonne partout et les tapas gratuites régalent les touristes en dèche. La nuit, Grenade dévoile une autre de ses facettes -pour le moins surprenante- : un terrain de jeu pour les noctambules en quête de sonorités house up-tempo, UK bass et breakbeat. Une vraie surprise dans cette ville nichée dans les montagnes.

 

À lire également sur tsugi.fr : L’Andalousie, nouvelle terre d’accueil des festivals


Vieille de quelques années seulement, la scène underground locale s’est développée grâce à une bande de potes amateurs de son. Lassés des boîtes de nuit qui ne diffusaient « qu’un seul genre de musique » (le -pas nommé mais deviné- reggaeton), une vague d’artistes est venu apporter un vent nouveau, fait de tempos rapides, de breaks et d’acid. Parmi eux : le DJ et rappeur Chico Blanco, fondateur du collectif Mareo, mais aussi les DJs acidheaven, Niki Lauda, 8kitoo, Elena Buganvilia, ou encore les producteurs Gazzi et Natural Language… Devenus, depuis, des étoiles montantes de la scène espagnole. 

Aujourd’hui, ces Grenadins jouent dans les plus grands clubs d’Espagne (Nitsa Club, Razzmatazz) et certains commencent à s’exporter au-delà de leurs frontières. Tous comptent une session Boiler Room à leur palmarès et le Watergate a même confié une résidence au collectif Mareo en 2023. Un succès grandissant et considérable, étant donné qu’avant leur arrivée sur la scène de Grenade, la musique underground y était quasi-inexistante (on a dit « quasi »). 


Pour mieux comprendre les dynamiques en jeu sur la scène de Grenade, on a cherché à contacter ses DJs locaux. C’est comme ça qu’on a rencontré la DJ Niki Lauda. Originaire de Bulgarie, elle est membre du collectif B2BBS, formé aux côté d’acidheaven et Elena Buganvilia (dont on vous conseille vivement la Boiler Room). Elle a grandi en Espagne, vagabondé entre plusieurs villes du pays et finalement posé ses valises à Grenade, où elle est restée cinq ans : « Grenade est mon premier contact avec les musiques électroniques, et j’en suis tombée amoureuse », nous dit-elle. 

Initiée aux platines par des amis, elle fait partie de ceux qui ont réveillé la scène grenadine. Elle raconte : « Je pense qu’il y avait une scène avant nous, mais on est la première génération de DJs à sortir de Grenade, à recevoir une validation nationale et internationale. »

Pourtant, comme elle, la plupart de DJs de Grenade ont fini par quitter la ville pour Berlin, Madrid ou encore Barcelone. Une fuite qui s’explique par les difficultés financières rencontrées par les artistes locaux. « On est tous attachés à Grenade. Personnellement, j’aurais aimé y vivre plus de cinq ans. Mais j’ai eu l’impression que Grenade me repoussait, d’un point de vue économique. C’est très difficile de gagner sa vie en tant que DJ là-bas »explique-t-elle.

Maintenant basée à Madrid, celle qui partage le même blase que le pilote de course réaffirme tout de même son attachement à cette ville dans laquelle tout a commencé pour elle : « Je suis fière d’appartenir à la scène grenadine et j’ai l’impression que ma base se trouve à Grenade, affirme-t-elle. Le type de musique et le type de soirées que j’aime viennent de là. Même si je suis partie depuis maintenant deux ans, j’ai toujours un lien très fort avec cette ville. »


À lire également sur tsugi.fr : Le mix du meilleur (et du pire) des sessions Boiler Room


Attraction/répulsion : la ville de Grenade est devenue le théâtre d’une scène électronique en ébullition et un chaudron à DJs… qui finissent finalement par partir, faute de pouvoir y vivre décemment. Source d’une nouvelle génération de DJs au goût prononcé pour les fast tempos, Grenade est une ville sur laquelle on vous conseille de garder une oreille attentive, car ses talents partent à la conquête de la scène européenne, et ont toutes les clés pour y arriver.

Visited 4 233 times, 3 visit(s) today