Skip to main content
24 janvier 2024

Jacques revend son matos d’occasion !

par Léa Crétal

Bonne nouvelle pour les fans et producteurs upcycleurs / en dèche : Jacques met en vente une partie de son matériel d’enregistrement ! Une vingtaine de ses instruments de musique électronique sont disponibles d’occasion sur le site web de Green Musicians

 

Jacques

@ Capture d’écran via greenmusicians.com

Constamment en quête de sons et d’instruments nouveaux, Jacques fait figure de chevalier moderne (ou explorateur foutraque) de l’électronique en France. Celui que l’on n’imagine plus sans sa toison capillaire désordonnée a fait de l’utilisation des objets qui l’entoure sa première marque de fabrique. En studio comme sur scène, Jacques manipule les objets du quotidien et explore leurs sons afin de les mettre en musique. Peigne, stylo, tondeuse… Aucune babiole n’est à l’abri des expérimentations sonores insolites de ce savant fou.

Pour en arriver à des morceaux à mi-chemin entre pop et techno, Jacques manie aussi une ribambelle d’instruments de musique électronique… qu’il revend actuellement d’occasion! Au total, le producteur a mis une vingtaine d’instruments à disposition sur la plate-forme en ligne de Green Musicians.

On y trouve des pédales d’effets en tous genres : un générateur d’octave polyphonique ‘NanoPOG’, un générateur de sons d’orgues ‘B9 Organ’ ou encore la pédale ‘Particle’ de la marque Red Panda pour les changements de tons et de délais. En plus de ses nombreuses pédales, Jacques revend un synthétiseur analogique 8 voix ‘Prophet Rev2 Rack Edition’, un contrôleur midi mais aussi un distributeur de courant professionnel pour pédales d’effets. Bref, une vraie caverne d’Ali Baba.

À lire également sur tsugi.fr : Interview : dans les secrets de l’album de Jacques


La mise en vente de son matériel d’enregistrement survient peu après le lancement de son nouveau live Vidéochose, produit pour la première fois en décembre dernier lors des Transmusicales de Rennes. Avec ce live, Jacques propose une expérience immersive qui se veut à 360° : la scène se transforme en laboratoire musical et les murs se couvrent de courts extraits de vidéos en tous genres (documentaires, films, vidéos Youtube…), pour rendre la scénographie unique.

On suppose donc que Jacques revend une partie de son matos dans le but d’acquérir de nouveaux instruments… peut-être en vue d’un nouveau projet ? Rien n’est moins sûr, mais on aimerait beaucoup.

Visited 1 075 times, 1 visit(s) today