Skip to main content
Moby / Olympe4000 & DJ Physical / Yoa
14 juin 2024

Moby, Yoa, Olympe4000 et DJ Physical… Les projets de la semaine 💿

par Olivia Beaussier

Vendredi est le meilleur jour de la semaine pour deux raisons : premiĂšrement, c’est bientĂŽt le week-end ; deuxiĂšmement, c’est le jour des sorties musicales. Alors on en profite pour un recap’ des projets sortis cette semaine. Au programme Caballero, Moby, Olympe4000 et DJ Physical, FEET, iTo, Le Prince Harry, CASILIAN, Walt Disco, Yoa et SALOME.

 

Moby – always centered at night 

Cette annĂ©e, on cĂ©lĂšbre les 25 ans de l’incontournable album Play, magnum opus du musicien hybride Moby. Celui qui trouve son inspiration aussi bien dans la techno, que dans le blues ou le rock revient avec always centered at night. Avec cet album, Moby a l’intention de rendre la pareille aux magasins de disques new-yorkais qu’il frĂ©quentait Ă  la fin des annĂ©es 1980 ; Ă©picentres de son initiation aux sons Ă©tranges. C’est pour cette raison que le musicien s’est entourĂ© de chanteur-ses, aux voix plus originales les unes que les autres.

Mention spéciale au single aux rythmiques d&b « where is your pride », hommage au poÚte dub Benjamin Zephaniah, décédé en 2023.

Yoa – Nulle [Panenka Music]

Par BenoĂźt Carretier

Le premier essai de Yoa s’appelait Chansons tristes. Car oui, les chansons inspirĂ©es de la jeune femme ne sont pas forcĂ©ment trĂšs gaies. Mais ces histoires de troubles, sentimentaux ou non, poussent aussi vers la lumiĂšre. On le voit sur ce trĂšs rĂ©ussi quatre-titres (…)

La chronique complĂšte est Ă  retrouver dans le Tsugi 171

 

Caballero  – Dose hĂ©roĂŻque 

D’aprĂšs l’Ă©crivain amĂ©ricain Terence McKenna, la ‘dose hĂ©roĂŻque’ serait l’Ă©tat atteint aprĂšs une certaine quantitĂ© ingĂ©rĂ©e de « magic shrooms ». Et on ne pourrait dĂ©mentir, c’est un peu l’effet ressenti en Ă©coutant le troisiĂšme projet solo de Caballero, moitiĂ© du duo Caballero & JeanJass. AprĂšs une introduction Ă©nergique et Ă©nervĂ©e, l’album se rĂ©vĂšle ĂȘtre une petite pause de douceur introspective. Pour autant, ne perd rien des bonnes punchlines et du flow aiguisĂ© qu’on connaĂźt au rappeur.

 

Walt Disco – The Warping [Lucky Number Music]

Par Apolline Bazin

Les sentiments de distorsion liĂ©s Ă  la cĂ©lĂ©britĂ© et l’Ă©loignement sont au cƓur des titres « Pearl » et « Gnomes ». Le disque s’ouvre sur « Seed », une intro instrumentale qui indique bien que des mutations sont en germe : pour cette nouvelle Ă©tape, les kids de Glasgow Ă©tendent leur territoire sonore avec une belle amplitude instrumentale faite de cordes.

La chronique complĂšte est Ă  retrouver dans le Tsugi 171

 

SALOME – HACKER [Herrensauna]

L’EP s’ouvre par le titre Ă©ponyme, vibrant hymne breakbeat Ă  souhait oĂč une voix robotique rĂ©pĂšte « you hacked my mind« . DĂ©sormais piratĂ©s, les sentiments de SALOME ne sont plus sous son contrĂŽle : place Ă  la romance dĂ©faillante. AprĂšs avoir touchĂ© le septiĂšme ciel, la redescente fait mal. Dans son troisiĂšme et dernier track, SALOME s’adonne Ă  l’introspection, sans jamais mettre de cĂŽtĂ© les basses grasses de sa production.

L’EP se finit avec deux remix par Manni Dee et Umwelt.

 

Le Prince Harry – A Long Way Down [Teenage Menopause]

Par Maxime Delcourt

A Long Way Down ne dĂ©roge pas Ă  la rĂšgle : toujours aussi agitĂ©s, les LiĂ©geois y dĂ©ploient toutefois un son plus abouti, plus Ă©quilibrĂ©, un peu comme s’ils avaient appris Ă  aĂ©rer leur propos, Ă  s’autoriser le relief, la nuance. Hors de question pour autant d’oublier ses racines punks : de « Sea Of Trees » Ă  « Blow », Le Prince Harry continue ici d’offrir une alternative Ă  toute idĂ©e d’accalmie, d’apaisement, en des synth-songs chaotiques, qui suintent la violence, le dĂ©sespoir, les dĂ©cors industriels et les blagues nĂ©es d’une bonne biture.

La chronique complĂšte est Ă  retrouver dans le Tsugi 171

 

iTo – Mourir jamais

Par Léa Crétal

Le chanteur-rappeur iTo (basĂ© Ă  Marseille) revient avec un troisiĂšme EP qui mĂ©riterait de le rapprocher de la cour des grands. AttachĂ© aux sonoritĂ©s latines, iTo pioche dans la salsa, la bossa nova ou encore le flamenco pour habiller son rap de rythmiques solaires. Comme un rappel Ă  son premier EP Amour Chiennes, Mourir jamais s’ouvre avec « Dos au mur » sur lequel rĂ©sonnent des claquements de main propres au flamenco (palmas flamencas). Au fil du projet, le rappeur explore Ă©galement la musique Ă©lectronique sur « Les histoires d’amour finissent », dont la prod’ rappelle parfois The Blaze. C’est certain : on ne manquera pas de lui prĂȘter une oreille attentive Ă  l’avenir.

 

CASILIAN – PILE OU FACE

Les deux frĂšres franco-norvĂ©giens Lukas et Mikael mĂ©langent folk et Ă©lectronique – les plus tĂ©mĂ©raires se lancent Ă  l’appellation folktronica. Sur un EP touchant CASILIAN rĂ©unit le monde organique et mĂ©canique. Entre sonoritĂ©s entraĂźnantes mais aussi plongĂ©e dans leurs Ă©chos profonds, l’Ɠuvre musicale est au thĂšme de l’intimitĂ© oĂč les artistes n’hĂ©sitent pas Ă  se rĂ©vĂ©ler.

 

FEET – Make it Up [Submarine Cat Records]

Par LĂ©a Formentel

Ces douze titres embrassent un aspect plus travaillĂ© dans l’Ă©criture, que l’on retrouve dans les morceaux « Sit Down », « The Real Thing » ou encore « Why Would I Lie ? », mais qui peut vite tomber dans la redondance. Quand George Haverson – leader du groupe – dĂ©clare dans un communiquĂ© qu' »aucune idĂ©e n’a Ă©tĂ© jetĂ©e dans cet album« , on comprend que certaines auraient mĂ©ritĂ© plus de rĂ©flexion ou peut-ĂȘtre moins de facilitĂ©.

La chronique complĂšte est Ă  retrouver dans le Tsugi 171

Olympe4000 & DJ Physical – Hack Me I’m Famous [Adrenaline Quality]

Olympe4000, qu’on adore en solo, s’est alliĂ© Ă  DJ Physical pour un EP qui sort sur le label de la DJ-productrice Adrenaline Quality. Hack Me I’m Famous s’ouvre avec un sample de la citation bien connue de Lady Gaga : « No sleep! Bus, club, another club, another club, plane, next place ». Tout de suite, on sait oĂč on met les pieds. S’en suit des boucles de trance, la techno breakĂ©e que maĂźtrise DJ Physical Ă  la perfection et surtout, beaucoup d’hybridation. De quoi nous ramener dans les grandes heures de la trance allemande des annĂ©es 90, le tout saupoudrĂ© de la pĂąte des jeunes producteur-ices.

Retrouvez l’interview commune d’Olympe 4000 et DJ Physical sur tsugi.fr

Visited 476 times, 3 visit(s) today