© Greg G

On a parlé du festival Allotropiques avec sa programmatrice Marie-Line Calvo

Du 2 au 5 févri­er prochain, le fes­ti­val Allotropiques rassem­blera des univers aus­si éton­nants que par­ti­c­uliers autour de Tours. Des événe­ments musi­caux gra­tu­its et payants, pro­posés pour les adultes ou les enfants, avec comme têtes d’affiche Jeanne Added ou encore Jok’Air et de belles pépites en devenir. 

L’idée c’est d’avoir un pan­el d’artistes assez élar­gi, avec des pro­jets qu’on n’a pas l’habitude de voir”. Pour Marie-Line Cal­vo, la pro­gram­ma­trice de l’événement, “l’ADN du fes­ti­val c’est de défrich­er un peu les nou­velles ten­dances”. La décou­verte de pro­jets émer­gents, une ligne artis­tique mar­quée, Allotropiques espère bous­culer la norme et ne pas tomber dedans. 

Entre le 2 et le 5 févri­er 2023, plusieurs con­certs inve­stiront dif­férents lieux de la métro­pole de Tours. “C’est un fes­ti­val qui défend la diver­sité sous toutes ses formes, donc le fait d’avoir plusieurs lieux per­met d’accueillir des pro­jets dif­férents, [d’] amen­er une nou­velle con­fig­u­ra­tion [et de] pro­pos­er des groupes var­iés”. Aux côtés de la voix de Jeanne Added et du flow de Jok’Air, une ligne artis­tique qui aspire à être “auda­cieuse, éclec­tique et tournée vers la nou­veauté. Où l’on pour­ra retrou­ver les explo­rations musi­cales de Deena Abdel­wa­hed, les sons post-indus et trans wave du duo Dame Area ou la jolie magie de Cate Hortl.

Con­certs rap, élec­tro, pop, rock, open-mic, carte blanche gra­tu­ite et spec­ta­cle jeune pub­lic : que ne fait pas Allotropiques ? Et bien déjà, il ne prend pas place dans la chaleur et sous le soleil ! Alors pourquoi le faire en hiv­er ? Parce qu’il en a 15 000 en été ?” Pas faux. “On se dis­ait qu’un fes­ti­val au cœur de l’hiver, c’était quand même un sacré chal­lenge, explique Marie-Line Cal­vo. Parce qu’on ne peut pas jouer en extérieur, il y a moins de lieux acces­si­bles… Mais c’était bien d’avoir un fes­ti­val qui pro­po­sait au pub­lic tout ce qu’on peut faire tout au long de l’année, sur une péri­ode un peu con­cen­trée où il ne se passe pas grand chose.”

Après deux édi­tions annulées à cause de celui-dont-on-a-trop-prononcé-le-nom, Allotropiques resur­git cette année et change de dimen­sion. On passe dans des jauges un peu plus grandes, on avait envie de revenir un peu en force. L’idée cette année c’était d’investir une salle plus grande l’Escale, Saint-Cyr-Sur-Loire) avec une scéno, deux scènes et pro­pos­er plus d’artistes”. Rendez-vous à par­tir du 2 févri­er prochain, pour cette muta­tion musi­cale qui promet “de nou­velles décou­vertes, de belles ren­con­tres et des moments de partage”. Toutes les infor­ma­tions ici !

 

(Vis­ité 160 fois)