Skip to main content
Crédit : Jean Ranobrac
11 septembre 2019

Tsugi Podcast 566 x La tournée des Inouis du Printemps de Bourges : Calling Marian

par Clémence Meunier

Avril 2019, capitale du Berry. Comme chaque année, le Printemps de Bourges bat son plein. Au Duc Jean, Molécule présentait son live immersif, dans un noir complet parfois perturbé par des strobos, avec le public entouré d’enceintes et de son spatialisé. La soirée commençait, tout le monde dansait, et une fois le concert fini c’est de nuit qu’une bonne partie du public retournait vers le W et le Palais d’Auron, histoire de faire la fête jusqu’à pas d’heure. Classe, classique : quand le soleil se couche les pas de danse se délient, la musique se fait plus dure, la techno sort du bois. Mais deux jours plus tard, c’est en sirotant un Ice Tea (pas long island, promis, juste un thé glacé) à trois heures de l’après-midi que l’on s’est pris la claque Calling Marian. « On », c’était l’ensemble du public du 22, qui venait découvrir la sélection électronique des Inouis du Printemps de Bourges, ce tremplin de jeunes talents organisé au niveau national (avec des antennes chez nos cousins francophones en Belgique, Suisse et Québec). Ils sont des milliers à s’inscrire, une trentaine à passer en finale au 22, et deux à gagner un prix à l’issu du festival – enfin, cette année, trois : Silly Boy Blue, Di#ze et, donc, Calling Marian. Peu importait si le soleil brillait, si c’était le dernier jour du festival (avec ses courbatures associées), si un set techno d’une demi-heure est profondément frustrant, car Marianne Delorme de son vrai nom a emporté tout le monde sur son passage. Et des mois plus tard, « Rainmaking » continue de résonner sur les enceintes de bon goût.

C’était évidemment déjà le cas avant, puisque Calling Marian cumulait les résidences (La Chatte puis Arm Aber Sexy à Lyon), les sorties d’EPs et les dates à Paris, mais depuis les Inouis, son nom se croise partout. Et ça ne va pas s’arrêter là, d’autant que gagner aux Inouis implique de partir en tournée avec les autres lauréats sur une sélection de salles à travers la France, pour cinq dates du 8 au 12 octobre (à Nancy, Montpellier, La Rochelle, Limoges et Rennes, avant une soirée parisienne au MaMA Festival). Mais le fait est que Marianne a déjà fait un bon petit tour des festivals cet été, ramenant dans sa besace une belle sélection de découvertes et de camarades de line-up, réunis ici dans ce podcast exclusif. On y croise beaucoup de Français, comme les Rennais d’ATOEM en introduction, qui participaient également aux Inouis cette année, le sus-cité Molécule, Kompromat – le duo magique Vitalic-Rebeka Warrior – ou encore Irène Drésel. Une grosse louche de techno, une pincée de synthés, et un glaçage glacé : la recette est parfaite.

Pour télécharger gratuitement ce mix de Calling Marian, rendez-vous sur notre SoundCloud.

« Aura » – ATOEM
« Weather Of An Empty Space » – A&N
« The Age of Time » – Full Circle
« Die Katzen » – Ujin Ray
« Wind Tunnel » – Andreas Rund
« Hebrides » – Molécule
« Dreamers Vs Believers » – Günce Aci
« Hear Me Now (Moscoman Remix) » – Spada
« Late Night Grasshopper » – Eliott Litrowski
« Possession » – KOMPROMAT
« Marthe » – Irène Dresel
« Caleuche » – Uanamani

Visited 31 times, 1 visit(s) today