Skip to main content
© Ilian Tape
5 janvier 2024

En écoute : Skee Mask lâche une compilation de 11 inédits

par Olivia Beaussier

Ce 4 janvier, sans teasing ni commentaire, Skee Mask a posté sur X le lien vers son nouvel album, C. L’imprévisible producteur a encore frappé. Sans attendre une seconde, plongeons dans son voyage musical au thème ambient.

Après la sortie de A en mars 2022, puis B le jour de Noël de la même année, C semble être la troisième partie du triptyque que dresse Skee Mask. Selon sa description sur Bandcamp, les trois sections sont composées de tracks non-masterisés, jamais sortis, entre 2015 et 2020. C contiendrait ceux pondus entre 2016 et 2020.

 

Avant de devenir Skee Mask, Bryan Müller, originaire de Munich, commence la musique en 2010 sous le pseudonyme de SCNTST. Son style de l’époque est léger, plus accessible et proche de la club music. En 2013, en parallèle de SCNTST, il compose sous le pseudonyme de Skee Mask. Cette nouvelle identité artistique est une façon pour l’artiste de révéler qui il est vraiment, sous son masque. Son style évolue : il se lance dans de l’électronique plus expérimentale, moins club, plus abstraite. Il se fait remarquer en 2018 avec son deuxième album en tant que Skee Mask, Compro. Pitchfork le nommera même ‘Best new Music‘.

Dans C, on retrouve cette recherche d’authenticité. Aucun de ses tracks n’est masterisé – le producteur les laisse à leur état brut, comme il les a écrites en 2016. Il est dans la continuité de son personnage, privé et énigmatique qui refuse quelconque couverture médiatique. Peut-être est-ce un moyen privilégié de se rapprocher de sa communauté : seuls ses vrais fans vont écouter cet album, ceux prêts à goûter à sa musique, crue, comme elle est.

 

À lire sur aussi sur tsugi.fr : À quoi bon teaser ? Skee Mask sort à l’instant son nouvel album et puis c’est tout.

 

C, est un voyage musical expérimental, dans un style techno breakbeat et ambient tout en douceur. Ce nouvel album appelle à l’évasion, suggérée d’ailleurs par la pochette. Le premier morceau s’ouvre sur des bruits d’océan – Skee Mask joue avec les échos et les sons pour créer cet effet de profondeur. Un fan commente ‘peu d’autres artistes ne me font me sentir comme si j’étais suspendu dans l’espace, entouré de particules qui vibrent’. C’est cette sensation de flotter, perdu dans un immense vide qui marque le style de Skee Mask. Le 6ème track s’appelle d’ailleurs ‘One For Vertigo’ (soit ‘Un Pour le Vertige’).

Encore une fois, l’Allemand fait preuve de son éclectisme musical. Il surfe sur les styles et les genres sans se limiter. Par exemple dans ‘Pitchacid’ on retrouve des airs d’acid, presque à la Aphex Twin (grande influence pour Skee Mask). Mais aussi quelques morceaux avec des sonorités dub, références à son ancien style plus club, dont il ne s’éloigne jamais très longtemps.

 

À lire aussi sur tsugi.fr : Shonen Bat, la club music du futur casse bien les dancefloors

 

La musique de Skee Mask est comme son concepteur : mystérieuse et profonde. C s’achève sur ‘thnk u’ : peut-être la meilleur manière de se dire au revoir ? Malheureusement, on n’en saura pas plus. On ne pourra qu’attendre jusqu’au prochain tweet de Skee Mask.

Visited 374 times, 1 visit(s) today