Skip to main content
8 décembre 2023

Prince Waly, Johnny Mafia, Brittany Davis… Les clips de la semaine !

par Tsugi

On se retrouve pour une nouvelle semaine avec une belle fournée de clips pour accompagner la grisaille de ce début de week-end. Ne vous inquiétez pas, on a de quoi vous redonner un peu le sourire avec un joli casting : Prince Waly, Brittany Davis, Gaétan Nonchalant, Johnny Mafia, Miira, Sauvane, Brimheim (feat. Ee Gee), Damlif, Celestino et Toboë.

 

Prince Waly — « Charm el-Cheikh »

Rien ne fait peur à Prince Waly, pas même le septième art. Le 15 décembre prochain, le rappeur s’attaquera à la suite de son EP phare BO Y Z avec un volume 2. Afin d’amorcer, on le retrouve mis à mal par un pseudo rappeur nommé « Prince Graly », après que celui-ci lui ai volé un texte. À l’instar d’un film, le morceau évolue en intensité, ne laissant plus que la chute pour vous faire vibrer. On se souvient que Prince Waly avait sorti l’un des meilleurs albums rap de 2022, on ne peut qu’avoir hâte pour BO Y Z Vol. 2.

Sasha Abgral

 

Sauvane — « Cats Can Talk »

« Becoming an adult… Does that mean you have to put aside your childhood dreams? » C’est ainsi que SAUVANE introduit son dernier clip en dream-pop synthétique. L’artiste nous rappelle les moments d’enfance passés seuls dans notre chambre. Ces bribes de vie, laissant libre cours à l’imagination de tout un autre monde, sont ici mises en lumières dans un clip rempli de nostalgie.

Sasha Abgral

 

Damlif, Celestino et Toboë — « ràf »

Le trio n’en a rien à faire. Trailer de GTA VI ou pas, ils sortent un clip venu tout droit de l’époque Vice City avec tout autant d’aventure. Leur flow DMV se mêle bien aux scènes d’action, dans lesquelles les personnages partent à la recherche de lunettes de soleil type Oakley trop stylées. Un clip polaire, parfait pour affronter l’hiver.

Sasha Abgral

 

Brittany Davis — « Sepricon »

Si vous êtes chanceux, vous avez pu l’apercevoir aux Trans Musicales de Rennes. Dans son nouveau clip, issu de son prochain album Image Issues, prévu le 1 mars 2024, Brittany Davis se confond avec un certain James Brown. Parfois, il suffit d’un club de jazz, investi par des danseurs sur fond de forte funk et de hip-hop, afin de produire un bon clip.

Sasha Abgral

Gaétan Nonchalant — « Programme TV »

En duo avec Michelle Blades, on retrouve Gaétan Nonchalant pour le clip du bien nommé « Programme TV ». Avec pour décor un plateau de télé en carton, les génériques en stop motion évoquent l’esthétique DIY, tandis que les zooms au caméscope s’inspirent directement de la série « The Office ». On retrouve Gaétan et Michelle, sérieux et décontractés, dans les rôles des présentateurs mais aussi de toute l’équipe un peu douteuse de cette chaine de télévision, du cadreur jusqu’au groupe d’avant-garde new yorkaise qui vient faire un live en direct avant de fermer le rideau du JT.

Léa Formentel
Brimheim (feat. eee gee) —  « Brand New Woman »

Fini les rôles sexuels : dans ce clip, les artistes Brimheim et Eee Gee rêvent de s’affranchir des contraintes des rôles sexuels, de laisser libre cours à leur côté sauvage, et surtout de fuir une vie normative oppressante. On retrouve donc les deux femmes soit nettoyer le sol à la main ou engloutissant frénétiquement de la nourriture. Ce single est extrait de son album à paraître le 22 mars 2024 et qui s’intitule RATKING. Elle sera aussi en concert au Point Éphémère à Paris le 23 mai prochain !

Léa Formentel

Miira — « XX99 »

Ce single a beau avoir été enregistré en une journée, il n’en reste pas moins entêtant. En totale rupture avec son premier single « Lembro », qui portait sur le deuil, « XX99 » vient ici déstructurer la samba à l’aide d’un sample de voix dépitché. L’autrice-compositrice native de Florianopolis (Brésil) pose là les bases de sa propre transformation : « Cette chanson m’a donné la liberté de l’irrévérence, une force de volonté de rupture, marquant ainsi le début de ma transformation. » Miira souhaite ainsi hybrider la musique populaire brésilienne en la modernisant.

Léa Formentel

 

Johnny Mafia — « Vomit Candy »

L’objectif ici était simple : permettre aux spectateurs d’expérimenter alternativement les perspectives du dominant et du dominé. Johnny Mafia interroge les différentes formes d’autorité, qu’elle soit légales, sociétales ou familiales. L’intention était également de déplacer le discours en adoptant une approche plus humoristique dans la mise en scène. Ici aussi, on va chercher dans le « cheap » des clips de punk-rock des années 90 à la manière de MTV. Le groupe a tenté ici de créer quelque chose de décalé, punk, mêlant différentes esthétiques et points de vue, tout en aspirant à concevoir un produit cinématographique inédit qui, suscitera l’intérêt du plus grand nombre.

Léa Formentel

Visited 371 times, 1 visit(s) today