Skip to main content
Brutalismus 3000 via YouTube
12 avril 2024

Brutalismus 3000, Piche, L’Impératrice… Les clips de la semaine

par Olivia Beaussier

Aujourd’hui c’est vendredi, et vous connaissez la chanson, chez Tsugi c’est le jour de la sélection des clips de la semaine ! Ce vendredi, beau programme : Piche, Canblaster, Malik Djoudi,  L’Impératrice, Malvina, TechnoBrass, Suki Waterhouse, Saint Levant et Brutalismus 3000. Comme d’habitude, pas le temps de s’ennuyer. 

 

Piche – « Oh ma Piche »

La participante de Drag Race France saison 2, Piche, est bien décidée à donner un coup de poliche au rap français. Cette dernière reprend les codes du genre en y intégrant des codes queer : « J’ai pas la tête à tes restas sont toutes claquées » appuie t-elle. Dans un rap fort et cru, Piche ne manque pas de nous montrer son large panel musical, en glissant quelques secondes de chant lyrique. Et pour les amateurs et amatrices de Drag Race, gardez les yeux ouverts : quelques queens se sont introduites au côté de notre Piche nationale. 

 

Canblaster – « YOU WILL RISE »

Troisième et dernier acte du triptyque, Liberosis, Canblaster. Ce single « YOU WILL RISE » rend hommage au trip-hop années 1990 ; son clip est encore une fois réalisé avec le studio hongkongais Penguin Lab et le réalisateur Hongkee. On retrouve notre petit personnage proche d’Avatar (le maître de l’air, pas celui de Cameron) dans son univers futuriste. Et même si, comme pour les deux derniers, il est difficile de comprendre la signification de ce clip, on reste subjugué par les images. Tout revient à l’harmonie, la fin du triptyque libère un vent de paix.

 

Malik Djoudi – « Vivant »

Malik Djoudi donne sa définition de ‘se sentir vivant’ à travers un retour en enfance. On suit la vie d’un jeune garçon, sa famille, ses amis, son vélo et… cette fille. Une histoire d’amour ou d’émois toute douce, portée par la voix cristalline du chanteur. Se sentir vivant, c’est peut-être ‘juste’ retrouver la simplicité de la vie, les premières amours, quand rien ne fait peur.

 

L’Impératrice – « Danza Marilu » (feat. Fabiana Martone)

C’est officiel, le groupe sort son prochain album Pulsar, le 7 juin ! Pour fêter ça, L’Impératrice dévoile le deuxième single de ce futur projet : « Danza Marilu », accompagné d’un petit clip. Pas besoin d’avoir fait Lv2 italien pour comprendre : il faut danser. Et ça, Marilù l’a bien compris. Peu importe son âge, la petite mamie du clip s’essaie au tennis, à la peinture, va faire du shopping, mais surtout elle DANSE. En même temps, comment ne pas se laisser entraîner face à cette rondeur et cet esprit disco assumé, relevé par l’italien de Fabiana Martone. On a hâte de l’album.

 

MALVINA – « For The Fun of It »

Si l’hyperpop semble être devenu un adjectif utilisé à tout-va, pour MALVINA, il n’y a pas de meilleure définition. Chanteuse, compositrice, cheffe d’orchestre (pour Pomme, par exemple), pianiste, productrice… Son CV est à rallonge. Et à tout ce beau palmarès on peut rajouter « pôle danseuse » et dominatrice. Ce nouveau single est un doigt d’honneur à toutes les critiques sur la prostitution. MALVINA fait ce qu’elle veut de son corps, qu’elle enlace sur cette barre de pole dance. Retour à l’essence même de l’hyperpop.

 

TechnoBrass – « Praia »

TechnoBrass, c’est un septet-septuor de Rio de Janeiro qui mélange cuivres et rythmes électroniques (en même temps, c’était dans le nom). Le groupe sort ce vendredi 12 avril son nouveau titre « Praia » accompagné d’un clip qui nous plonge dans un concert : l’occasion parfaite pour annoncer leur prochaine date, jeudi 18 avril au New Morning ! On vous en parle davantage ici.

 

Suki Waterhouse – « Faded »

Dans une petite ballade pop midtempo, un poil nostalgique, Suki Waterhouse compose une promenade au bord de la Tamise -à Londres donc- dans un clip en stop motion. À mi-chemin entre humour et mélancolie, jolie façon de représenter des sentiments qui s’estompent.

 

Saint Levant – « 5am in Paris »

Entre Paris, Gaza, LA, Alger, Casa… Saint Levant ne se sent chez lui nulle part. Ce doute se confirme avec les langues qui changent -entre anglais, français et arabe- mais aussi les différents pays de tournage. Le clip prend la forme d’une quête identitaire bercée par un air de militantisme ; comment se sentir chez soi, quand on a tout perdu ? On ne peut s’empêcher de faire le lien avec Jazzy Bazz et son « Cinq heures du matin » : 5 heures du mat’ à Paris laisse place à la remise en question.

 

Brutalismus 3000 – « 9mm »

Une ambiance épurée, des ados qui trompent l’ennui, des basses hardcore et une teinte de glauque : pas de doute, on est bien dans un clip de Brutalismus 3000. La contradiction entre musique qui tape et adolescents qui s’ennuient dans un appart’, semble être le fil conducteur du clip. Rien ne se passe… Sauf ce mec qui breakdance au milieu du salon. Personne n’y prête réellement attention. Mais rien ne l’arrête, même pas les voix distordues de Victoria et Theo. Comme quoi, on peut mélanger breakdance et bpm à 155.

Visited 311 times, 1 visit(s) today