Skip to main content
© Captures Youtube "KHALI - BOTTEGA" / "MGMT - Bubblegum Dog" / "Chilly Gonzales - Grünt #63"
1 décembre 2023

Gwendoline, MGMT, Astral Bakers… Les clips de la semaine !

par Léa Formentel

Mine de rien, cette sélection des clips de la semaine représente énormément de monde. On espère que vous avez les oreilles pleines de place, car aujourd’hui on y accueille Gwendoline, MGMT, Astral Bakers, WHY PATTERNS?, Khali et un Chilly Gonzales accompagné de toute une équipe de rappeuses et de rappeurs.

 

Gwendoline — « Conspire »

« Car ce monde est génial » voilà ce que répète en boucle le duo Gwendoline sur fond d’images de guerre, des paysages détruits, ou encore une extrême pauvreté. Après presque un an de silence, Gwendoline vient encore donner un coup de pied dans la fourmilière en martelant un discours ironique, de constat désabusé. Comme si tout nous menait inexorablement vers la guerre, que l’histoire était condamnée à se répéter, qui colle à merveille avec les guitares cold wave et les voix graves des musiciens. Six minutes où l’on est rappelé à la (dure) réalité.

 

MGMT — « Bubblegum Dog »

Deuxième single pour le mythique duo de pop indé MGMT. Le clip réalisé par Julia Vickerman et le scénariste/réalisateur/coanimateur de The Best Show with Tom Scharpling, est un hommage à de nombreuses scènes de clips alternatifs classiques des années 90. Moins dans le style glamrock que son prédécesseur « Mother Nature », « Bubblegum Dog » va chercher dans l’absurde. « Ils étaient complètement prêts à tout, jouant avec différentes perruques/costumes/personnages/coiffures et apportant continuellement de nouvelles idées en cours de route. C’était un sentiment merveilleux, car nous savions qu’ils s’amusaient. » expliquent les réalisateurs dans un communiqué.

 

Astral Bakers — « I Don’t Remember »

Nouvelle et troisième Sidereal Session qui est en réalité la première que le groupe a filmé. On retrouve le studio où  ils ont enregistré leur disque qui paraîtra en février prochain. On y voit surtout la pièce plongée dans l’obscurité, éclairée seulement par une pluie de lumière, avec la caméra qui tourne sur chacun des musiciens et musiciennes au fil du titre. Chacun d’entre eux s’approche de la lumière, puis disparaît. Mais le mystère du processus de création demeure. Les quatre membres d’Astral Bakers seront également présents au festival Eurosonic, le 19 janvier prochain.

 

WHY PATTERNS ? — « Patchwork Girl »

Encore très peu connu et pourtant d’une beauté indéniable, la formation Why Patterns? délivre ainsi un titre intitulé « Patchwork Girl » qui fonctionne sur un système de variations minimalistes, basée sur une combinaison de suites mathématiques. Ici l’inspiration se trouve dans la figure cyber féministe créée par Shelley Jackson –  sorte de Frankenstein mi femme, mi machine auquel le titre fait directement référence. Leur premier EP DEDICATED TO DREAMS COMING TRUE est à paraître en mars 2024.

 

Khali – « BOTTEGA »

Khali a encore mal ? Direction outre-mer et une nouvelle tentative de panser les plaies sous le soleil de la Ouest-côte américaine pour l’homme aux cheveux bouclés. Et comme un nouveau single peut cacher un nouveau projet, la règle ne lui échappe pas : un huit titres, nommé 23 –, vient de sortir « avant l’album ». Le « seum » caractérisant la majeure partie de la discographie de l’artiste (on se base sur ses paroles), est ici toujours au beau fixe, illustré par les images fixes de Swimthedog.

Sasha Abgral

 

Chilly Gonzales – Grünt #63

Qui l’eut cru… Cette nouvelle surprend, pourtant elle est pleine de sens. Chilly Gonzales, pianiste canadien légendaire derrière certaines cordes de Random Access Memories des Daft Punk, ou de Rendez-vous de Jane Birkin, s’est déjà vu collaborer avec des artistes hip-hop. Que ce soit Teki Latex, Abd al Malik, ou même Drake (oui, sur So Far Gone et Take Care), le Monsieur a toujours eu un coup de doigt dans le milieu. Ici il est la tête d’affiche, s’entourant de Sheldon, M le Maudit, Zinée, Le Juiice, Jwles, Bob Marlich, Le Lij, et La Rumeur pour des improvisations sur des instrumentales classiques du genre. C’est tout simplement impressionnant.

Sasha Abgral
Visited 463 times, 1 visit(s) today